Western Movies - Saloon Forum

Demande pardon à Dieu pas à moi (Chiedi perdono a Dio non a me) de Vincenzo Musolino, 1968

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!

Demande pardon à Dieu pas à moi (Chiedi perdono a Dio non a me) de Vincenzo Musolino, 1968

Messagepar Sartana le 24 Juin 2008 18:29

Demande pardon à Dieu pas à moi (Chiedi perdono a Dio... Non a me) de Vincenzo Musolino, 1969.

:arrow: Résumé : Deux hommes (l’un âgé l’autre pas) sont dans un cimetière. Les deux pleurent la mort d’un être cher. L’un veut se venger. L’autre lui raconte son histoire : et le film débute réellement : Cjamango (tiens, ça me dit quelque chose) Mac Douglas apprend que pendant qu’il était allé faire son marché, les frères Smart ont assassiné son futur beau-père. Il décide de le venger, parce qu’on est dans un western et aussi parce que sa fiancée est triste.
Il se fera aider de Barrica (tiens, ça me rappelle aussi un truc), un mexicain :sm32: .


:!: Si je vous dis que Barrica est gros et qu’il est joué par Pedro Sanchez (enfin Ignazio Spalla), ça doit faire tilt. Non aspettare Django, spara ! bien sûr ! C’est dans ce film qu’apparaît pour la première fois le personnage de « La Barrique », truculent Bud Spencer mexicain :sm32: . Quant à Cjamango, le nom est repris du film éponyme. Le point commun de ces deux films outre cette histoire de personnage est qu’ils sont tous les deux réalisés par Edoardo Mulargia et produit par Vincenzo Musolino.


Pure spéculation : Ces deux films ayant obtenu des succès valables au box-office italien, le producteur se dit qu’il peut lui-même faire du pognon avec du western. Le tout est de faire apparaître les personnages que le public attend. Donc Vincenzo Musolino a tourné sous le pseudo de Glen Vincent Davis ce Demande pardon à Dieu, pas à moi.


Voici donc un film qui comprend dans le rôle de Cjamango l’artichaut George Ardisson (car il faudrait beaucoup l’éplucher pour s’apercevoir que finalement, même l’intérieur n’est pas comestible), ainsi que Pedro Sanchez bien entendu ou Peter Martell, que finalement, on aurait préféré dans le premier rôle. :num2

Je ne vais pas descendre ce tout petit western. Je tiens simplement à dire que si vous avez pu regarder un film comme Django défie Sartana (sorti chez Evidis), c’est du même tonneau. Pauvreté évidente de moyen (tourné un peu à Almeria que même), de casting, d’histoire mais dès la scène introductive, on comprend que visiblement, on va faire avec ce qu’on a.


Et c’est le cas. Finalement, ça se regarde. Un poil lent tout de même. Fallait pas copier Mulargia pour ça, en tout cas ! Certains plans sont recherchés et offrent un lot d’agréables surprises, malheureusement distillées avec trop de parcimonie. J’ajoute que l’on trouve, comme dirait les anglo-saxons, « a great score of » Felice di Stefano dont la BO m’a vraiment plu. Plus que le film d’ailleurs.

:idea: Seul bon point, le héros malgré la vengeance accomplie s’installe et refait sa vie et empêche au type du début de tomber dans la vendetta qui, selon Cjamango qui a veilli, a un goût amer et n’est pas la bonne solution. Poncif, mais rarement vu dans le western italien :lol:

Bref, je lui mettrais un 4 ou 4,5/10. Pour la musique et la mise en scène. Pour ceux qui veulent un contenu plus qu’un contenant, passez votre chemin…


:arrow: Où le voir ? Demandez la VHS italienne (pas au format exact mais presque donc pas mal) mais qui n'a quasi aucune couleur ! Je vous assure, par moment on frise le noir et blanc... :roll:


Pas d'affiche ni rien. Si quelqu'un a... :?:
Sinon y a quelques trucs ici http://www.spaghettiwestern.altervista. ... erdono.htm (ils ont vu la même VHS que moi en plus) cool


PS : Ne pas confondre ce film avec Dieu pardonne à mon pistolet réalisé la même année par Leopoldo Savona, avec Wayde Preston.
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit:Sartana, tu as un coeur de pierre!
Avatar de l’utilisateur
Sartana
Shérif
 
Messages: 3089
Inscription: 20 Avr 2006 16:51
Localisation: Dans la vallée des vautours

Re: Demande pardon à Dieu pas à moi (Chiedi perdono a Dio non a me) de Vincenzo Musolino, 1968

Messagepar Liko le 24 Juin 2008 18:53

Je m'étais promis de ne plus poster ici, c'est bien parce-que c'est toi Sartana :roll:

Image
Liko
Séminole
Séminole
 
Messages: 1778
Inscription: 26 Mar 2006 19:22

Re: Demande pardon à Dieu pas à moi (Chiedi perdono a Dio non a me) de Vincenzo Musolino, 1968

Messagepar Sartana le 24 Juin 2008 19:02

Liko a écrit:Je m'étais promis de ne plus poster ici, c'est bien parce-que c'est toi Sartana :roll:

Image

Merci amigo, ça fait plaisir :beer1:
Mais tu fais une erreur. Nous sommes en sécurité, ici :num1
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit:Sartana, tu as un coeur de pierre!
Avatar de l’utilisateur
Sartana
Shérif
 
Messages: 3089
Inscription: 20 Avr 2006 16:51
Localisation: Dans la vallée des vautours

Re: Demande pardon à Dieu pas à moi (Chiedi perdono a Dio non a me) de Vincenzo Musolino, 1968

Messagepar scorpio99 le 24 Juin 2008 19:18

et il y a même une version anglophone qui traine quelque part :mrgreen: ...
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
scorpio99
Navajo
Navajo
 
Messages: 659
Inscription: 11 Mai 2007 11:39
Localisation: A l'Ouest !

Re: Demande pardon à Dieu pas à moi (Chiedi perdono a Dio non a me) de Vincenzo Musolino, 1968

Messagepar Sartana le 24 Juin 2008 19:25

Sartana a écrit:
scorpio99 a écrit:et il y a même une version anglophone qui traine quelque part :mrgreen: ...

Merci pour l'affiche allemande :beer1:
Et tu vas ravir Breccio et quelques autres personnes de ma connaissance :mrgreen:
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit:Sartana, tu as un coeur de pierre!
Avatar de l’utilisateur
Sartana
Shérif
 
Messages: 3089
Inscription: 20 Avr 2006 16:51
Localisation: Dans la vallée des vautours

Re: Demande pardon à Dieu pas à moi (Chiedi perdono a Dio non a me) de Vincenzo Musolino, 1968

Messagepar Trinita le 24 Juin 2008 21:28

Préfère l'ialien moi. :mrgreen: Mais je crache pas non plus sur l'anglais. :D
"celui qui a inventé les spaghettis c'est pas la moitié d'un con !!!!" Trigado dans Far West Story
Avatar de l’utilisateur
Trinita
Séminole
Séminole
 
Messages: 1400
Inscription: 24 Fév 2007 12:48
Localisation: Sur un hamac


D’autres sujets à découvrir
Les rebelles de l'Arizona - Arizona Bushwhackers - 1968 - Lesley Selander Critiques et illustrations des westerns visionnés james
Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone Critiques et illustrations des westerns visionnés Link
Cinq cartes à abattre - 5 card stud - Henry Hathaway - 1968 Critiques et illustrations des westerns visionnés Personne
Terre sans pardon - Three Violent People - Rudolph Maté - 1957 Critiques et illustrations des westerns visionnés dan duryea
Les chasseurs de scalps - The Scalphunters - 1968 - Sydney Pollack Critiques et illustrations des westerns visionnés james

Images

Retourner vers Critiques et illustrations des westerns visionnés

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité